Partager:

Les leçons du passé

Par

John Coleman

L'économie du patrimoine, Les bâtiments et l'architecture, La communauté

Published Date: oct. 01, 2019

Le patrimoine figure depuis toujours au cœur d’un projet ambitieux de l’Université de Windsor : celui de préserver le manège militaire de la ville, vieux de plus d’un siècle, pour en faire un centre ultramoderne dédié aux arts créatifs.

Désigné par la ville de Windsor aux termes de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario, cet édifice reste à ce jour un symbole de sacrifice, de liberté et de fierté à l’échelle régionale. De 1901 à 2004, c’est dans ce bâtiment situé en plein centre-ville que les femmes et les hommes viennent faire leur service militaire. Conçu par le prolifique David Ewart, architecte en chef du ministère fédéral des Travaux publics, cet édifice de style roman richardsonien incarne la puissance militaire, se distinguant par son imposante entrée en pierre et ses grandes portes en chêne encadrées d’immenses fenêtres en arcade.

Après sa désaffectation en 2004, ce ne sont pas les idées qui manquent pour restaurer le bâtiment le plus emblématique de la ville et lui donner une nouvelle fonction.

Toutefois, aucune n’aboutit jusqu’au printemps 2011, date à laquelle l’université, la ville de Windsor et le gouvernement de l’Ontario prennent l’engagement, à l’issue d’interminables discussions, de préserver cette structure historique pour la transformer en centre d’apprentissage. Ce projet est également considéré comme un moyen de revitaliser le centre-ville en perte de vitesse et de lui donner une nouvelle orientation.

En vertu de cette entente, la ville convient de céder le bien à l’université et de participer au financement du projet à hauteur de 10 millions de dollars. À ces fonds viennent s’ajouter 15 millions de dollars versés par la province. La contribution de l’université doit quant à elle se monter à 15 millions de dollars, recueillis sous forme de dons et de soutiens institutionnels.

A propos de l'auteurJohn Coleman

John Coleman a été directeur des affaires publiques et des communications à l’Université de Windsor.

Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Dès l’entame du projet, l’université a la volonté de conserver l’esthétisme et l’authenticité du bâtiment. S’armant de patience pour concrétiser sa vision, elle embauche le cabinet CS&P Architects Inc. En collaboration avec ERA Architects et Colliers Project Leaders, ses architectes réinventent le manège militaire pour l’inscrire dans le XXIe siècle. Les travaux de reconstruction s’avèrent d’une grande complexité, notamment lorsqu’il s’agit d’ancrer les nouvelles fondations à seulement quelques centimètres du tunnel très emprunté qui relie Windsor à Detroit.

L’ancien plancher en béton, construit pour supporter le poids des tanks, est démoli pour laisser place à un nouveau sous-sol. Les couches de peinture recouvrant le parement intérieur sont grattées avant de procéder au rejointement de pratiquement toutes les briques. Les nouvelles fenêtres sont fabriquées sur mesure dans le respect du style d’origine du bâtiment, tandis que les portes en chêne des deux entrées sont restaurées. Les 12 000 briques d’une annexe construite en 1935 à l’extrémité sud du bâtiment sont quant à elles déposées, nettoyées et réinstallées pour revêtir une salle de spectacle de 150 places.

Forte de ses 500 étudiants, enseignants et membres du personnel, la faculté des arts créatifs de l’université est transférée dans l’ancien manège militaire en janvier 2018. L’édifice compte alors 12 salles de répétition pour les musiciens, la salle de spectacle, une bibliothèque, des salles de classe, des bureaux, un laboratoire informatique, des ateliers de photographie et de peinture, un studio d’arts visuels et d’architecture, des studios cinématographiques, des salles de montage, un studio d’art sonore et un atelier d’artisanat (sculpture, travail des métaux et ébénisterie).

Aujourd’hui, le manège militaire joue également un rôle clé dans la revitalisation et la diversification du centre-ville de Windsor. Le maire de la ville, Drew Dilkens, classe la restauration du manège militaire « parmi les initiatives de conservation patrimoniale, de développement économique et de revitalisation du centre-ville les plus exaltantes et les plus impressionnantes mises en œuvre dans notre collectivité ». Selon lui, elle a « changé la face » du centre-ville de Windsor.

« Une vie nouvelle a éclos dans l’un des plus anciens édifices de Windsor. La population étudiante, le corps enseignant et le personnel administratif, ainsi que leur cercle familial et amical, se sentent désormais “chez eux” dans le centre-ville. Ils vont flâner dans la zone portuaire, fréquentent les restaurants et les commerces, visitent la galerie d’art et le musée, et profitent de notre centre aquatique ultramoderne », souligne M. Dilkens.

« Ils n’ont qu’un pas à faire pour assister aux concerts de l’orchestre symphonique de Windsor ou aux projections organisées au Capitol Theatre dans le cadre de notre Festival international du film. Le Caesars Windsor et le St. Clair Centre for the Arts leur proposent des divertissements de qualité. Ils cohabitent au quotidien avec les agences et organisations locales qui s’efforcent d’améliorer la vie dans notre communauté. »

La conservation du manège militaire a reçu un chaleureux soutien de la part de la collectivité. À l’automne 2018, l’édifice a accueilli 600 personnes en six heures lors de Portes ouvertes Ontario, un événement qui permet de visiter les bâtiments historiques de la ville. Tout le monde a salué les efforts réalisés pour préserver son intégrité et offrir un environnement inspirant aux étudiants.

Cette restauration a également remis à l’honneur le fier passé militaire de la ville. L’université a ainsi créé un « Mur du patrimoine » en panneaux de verre qui retrace l’histoire du manège militaire, à travers des photos et des récits. L’imposant foyer du public, quant à lui, a été rebaptisé « Hall des vétérans ».

L’université est extrêmement reconnaissante des hommages rendus à son projet. En effet, cette restauration lui a valu de recevoir le Prix du lieutenant-gouverneur pour l’excellence en matière de conservation du patrimoine ontarien en février 2019. Le dossier présenté par l’université soulignait l’exemplarité de ce projet de conservation intégrée et de restauration d’une pièce maîtresse du patrimoine architectural de Windsor. En 2019, l’Université de Windsor a également reçu un prix municipal pour la valorisation du patrimoine architectural de Windsor.

Le Comité permanent du patrimoine de la ville a déclaré dans un rapport que ce « vaste projet de réhabilitation a réussi le pari de mettre en avant les éléments caractéristiques de ce bien désigné en respectant sa valeur patrimoniale, tout en donnant une nouvelle fonction d’excellence à l’un des édifices patrimoniaux les plus importants du centre-ville de Windsor ».

L’université est extrêmement fière d’avoir préservé un emblème de notre patrimoine tout en lui conférant une nouvelle mission axée sur la célébration des arts créatifs, comme un hommage permanent à ceux qui ont franchi ce seuil pendant plus de cent ans pour se mettre au service de notre collectivité et de notre pays. [Photos avec l’aimable autorisation de John Coleman]

Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Photo: Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Photo: Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Photo: Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor

Photo: Le manège militaire de Windsor, maintenant l'école des arts créatifs de l’Université de Windsor